COVID-19″ : une nouvelle arnaque par SMS

L’image contient peut-être : texte qui dit ’ARNAQUE’

Vous avez croisé un malade COVID-19″ : une nouvelle arnaque par SMS .

Les escrocs profitent de toutes les opportunités et le “contact tracing” les inspire. Une nouvelle arnaque vient d’apparaître, basée sur un SMS qui prétend que vous avez croisé une personne atteinte par le coronavirus COVID-19.les victimes ciblées reçoivent un SMS qui prétend qu’elles ont croisé un malade COVID-19, ce qui est bien sûr faux. Il leur est alors demandé de cliquer sur un lien pour donner des informations personnelles.

Il s’agit d’une opération d’hameçonnage.

Les données récupérées peuvent permettre ensuite d’usurper l’identité des victimes ou monter d’autres escroqueries.

Mettez à jour vos systèmes

🛡 #Cybersécurité – Mises à jour d’avril : et si vous profitiez d’un nouveau week-end confiné pour les faire ?

Pourquoi et comment bien gérer vos mises à jour ?

Tous nos conseils sur ce geste essentiel de cybersécurité : https://www.cybermalveillance.gouv.fr/…/bonnes…/mises-a-jour

Aucune description de photo disponible.

🛡️ #Cybersécurité – Des centaines de #failles de #sécurité corrigées dans les mises à jour d’avril

⚠️ Certaines de ces failles sont critiques et utilisées par des criminels

➡️ Mettez à jour PC, #téléphones, serveurs… sans tarder !

👉 + infos avec le CERT-FR : https://cert.ssi.gouv.fr/avis/

Internet Explorer souffre d’une sévère faille de sécurité

Une faille zero-day découverte dans Internet Explorer permettrait à des hackers de subtiliser vos données même si vous n’avez jamais utilisé le navigateur. Alerté, Microsoft refuse de proposer un patch correctif.

L’existence d’Internet Explorer n’aura pas été de tout repos. Le navigateur Web de Microsoft, abandonné par l’entreprise, souffre d’une faille “zero day“, à savoir une vulnérabilité de première importance n’ayant fait l’objet d’aucune publication ou n’ayant aucun correctif connu.   

La faille en question, relayée par ZDNet, a été découverte par le chercheur en sécurité John Page. En exploitant un certain type de fichiers (en .MHT), elle permet de dérober des documents sur des PC tournant sous Windows. D’après le chercheur, le problème vaut dès lors qu’Internet Explorer est installé par défaut sur son ordinateur, même sans jamais avoir été utilisé.

À lire : Microsoft conseille d’arrêter d’utiliser son navigateur Internet Explorer

Un abandon radical

En vrai laissé-pour-compte de Microsoft, Internet Explorer ne bénéficiera d’aucun correctif pour remédier à cette faille. Le navigateur, largement devancé par Google Chrome, est de moins en moins utilisé. Sa part de marché reste néanmoins équivalente à 9%, selon les données de Browser Market Share.  

Internet Explorer est perçu comme un poids pour Microsoft, qui s’en est délesté depuis de nombreux mois déjà. Le navigateur ne bénéficie plus de mises à jour depuis la sortie de Edge, en 2015. Mi-février, Microsoft recommandait purement et simplement d’arrêter de l’utiliser.

Dans un article au titre sans équivoque, “Les dangers d’utiliser Internet Explorer comme navigateur par défaut“, Chris Jackson, expert en cybersécurité de Windows, avait à l’époque listé les raisons pour lesquelles ce navigateur n’était plus adapté aux usages actuels. Play Video